lundi 14 juin 2010

10 km de Gap : doit courir plus vite la prochaine fois !

Le 10 km de Gap constituait la dernière compétition sur ce format cette année. L'envie de m'approcher des 45' était forte mais mon niveau actuel et mon état de forme du jour n'étaient pas compatibles avec un tel chrono.
Après une semaine légère, j'ai réalisé un entrainement vendredi midi peut être trop rapide. Ces 45' ont du puiser dans mes ressources physiques appauvries.
En effet, après quatre jours d'arrêt, je suis parti comme un dératé à plus de 11km/h ... Une folie !


Ce n'est pas l'élément clé de cette performance en demi-teinte, d'autres comme la météo chaude et un parcours qui totalise quand même 50 m de D+ avec cette maudite rue Carnot.


Après un échauffement court mais consciencieux, le départ est donné avec un peu moins de 300 coureurs. En quelques secondes tout ce beau monde a filé et je me faufile pour atteindre le premier km en 4'17. Mais je sais déjà que ce sera dur avec le premier passage de la rue Carnot qui va me couter pour rester à 4'30" le km.
Ainsi, je franchis le 2ème km en 4'35 avec la descente de l'hôpital qui me permet de tenir la cadence sur le 3ème km (4'26).
La contre allée et la piste cyclable en très léger faux plat me ralentit quelque peu en 4'42 mais il me reste suffisamment d'énergie pour être en 22'30" à mi-course.
Je sais déjà que ce sera encore plus dur car je subis la course. Je cours seul avec le groupe idéal (4'30" le km) qui est inaccessible. Quelques encouragements du peuple gapençais avec notamment thierry "race director" du trail des balcons de  Chateauvieux ne suffisent pas pour relancer la machine.
Arrive le deuxième passage de la rue maudite et à l'entame du dernier passage j'ai pris un peu de retard mais rien n'est mathématiquement perdu sauf que je suis dans le rouge avec des jambes lourdes. Le groupe des 4'30" le km est devant moi sans possibilité de les rattraper.
La piste cyclable semble être interminable avec le passage en face des coureurs qui entament sur la rue Jean Jaurès la "redescente".
Au 8ème km il me faudrait courir en 4' le km pour passer sous les 45' ce qui fait que je lâche psychologiquement et physiquement. 
Le 9ème km reste plaisant avec un 4'35 mais le dernier km sera un chemin de croix avec un sur-régime évident m'empêchant d'accélérer (4'54). Sans parler du décalage entre le GPS et le kilométrage FFA de 200 m...
Le temps officiel est de 46'39" en 102ème position sur 287 partants. Ce qui est honorable sans plus.
La course n'a pas été idéale avec un constat clair que l'enchainement de courses rapprochées nuit à l'amélioration des chronos ! 
Comme à Embrun, j'ai été dans l'incapacité d'accélérer au bon moment pour rejoindre le bon groupe.
Je fatigue mais accumuler des courses me permet d'acquérir de l'expérience à défaut de qualité. 

Vous trouverez des photos prises par François CELCE un photographe qui m'a autorisé à utiliser ses deux clichés très réussis.





La prochaine course, j'aurais mon attachée de presse et photographe reporter en apprentissage.
Comme je commence mon entrainement pour le semi US, je devrais courir à quatre reprises avec comme sortie longue la valouisette ! On essaiera de bien figurer !
Les résultats sont .

2 commentaires:

Guillaume BRESSON a dit…

Salut, toujours en pleine bourre. La chaleur ne favorise pas les performances. Fais-tu un peu de PPG et du gainage ?
A bientôt.
Guillaume

Anonyme a dit…

Un petit tour sur ton blog et je constate que tu me cites dans ton compte-rendu!
Merci pour cette pub, et à très bientôt, à Châteauvieux sans doute...

Thierry