lundi 18 mai 2009

La foulée caturige 2009.



La foulée caturige constitue une course de reprise après le MDP début avril. Comme je n’ai pas pu courir les 10 km locaux d’avril(Veynes et Gap) je me suis inscrit à cette 6ème édition pour reprendre la « compétition ».

Le problème c’est que je n’ai pas refait de séances spécifiques VMA et allure 10km depuis 6 semaines.

Je me suis contenté de faire des sorties en montagne avec du D+ entre 20 et 30 km par semaine.

Ce long préambule est nécessaire pour expliquer que cette « foulée » n’a pas été un modèle de course bien préparée.

Il y a environ une centaine de concurrents au départ, le soleil est au rendez-vous.

9h30 : Le départ est donné et la meute est lâchée. Les premiers hectomètres sont en descente ce qui me permet de courir vite. Cela fait bizarre et mon rythme cardiaque s ‘emballe.

Je regarde mon cardio qui m’annonce du 180 bpm. Je sens que cela va être dur, très dur.

Ca monte un peu pour rejoindre un chemin de terre qui va traverser des champs pour rejoindre le Lac de Serre Ponçon. L’ascension se fait sentir avec des temps au km qui dégringolent mais je suis dans un groupe de 4/5 personnes ce qui me permet de me caler à leur vitesse. Je suis à 190 !

En arrivant au 6 km, on aperçoit la magnifique baie de Chanteloube au loin mais la descente qui se présente me permet des pulsations à 185.

Nous ne sommes plus que trois ! La descente pas si difficile peut être prise trop lentement puisque je ne tourne qu’à 5'15 le kilo. Nous alternons petites montées et descentes qui me cassent bien les gambettes.

Au 8ème km, je suis seul mes deux camarades m’ont lâchement abandonné il ne sont pas loin je les aperçois dans les lignes droites. Derrière un seul coureur me rejoindra et dépassera mes anciens acolytes du jour.

J’aurai préféré être fringuant sur la fin de course avec davantage de jus. Les 4 derniers kms sont un peu longs pour moi avec un léger vent de face qui m’assèche et me dessèche !

Je rentre dans le village, la foule m’attend (non ce n’est pas vrai) et m’acclame (ça c’est vrai mais ont-ils le choix ?) pour terminer cette course en 1h11mn03 pour 12.66 km (au lieu des 12.5 km annoncés)

Que retenir de cette course ? S’entraîner en revenant à la vitesse et l’effort anaérobique (VMA et allure spécifique)

Je ne sais pas dans quel état d’esprit je ferai les 10 km d’Embrun mais j’essaierai de partir piano pour finir presto.


1 commentaire:

Martine a dit…

BOBLOG et super commentaire, bravo !